Marketing vocal : reconnaissance et recherche vocales, enjeux et potentiels

Marketing vocal : reconnaissance et recherche vocales, enjeux et potentiels

Marketing vocal : la voix comme meilleure interface entre marque et marque par Rodolphe Degandt consultant formateur digital.

Le Marketing vocal est né : la voix comme meilleure interface client-entreprise

  1. Définition du marketing vocal
  2. L’histoire rapide du digital et du marketing vocal
  3. Avantages d’intégrer rapidement le marketing vocal dans sa stratégie numérique
  4. Limites ou inconvénients de la reconnaissance vocale
  5. Les usages actuels de la recherche vocale
  6. Les 5 catégories d’utilisation de la reconnaissance vocale 2017
  7. Les actions minimums de marketing vocal en 2017
  8. Des idées de nouveaux services par la voix

 

1. Définition du marketing vocal

Le marketing vocal désigne l’ensemble des actions marketing utilisant la reconnaissance vocale et/ou la synthèse vocale afin d’améliorer l’expérience utilisateur. Le marketing vocal possède 3 avantages majeurs : sa simplicité d’utilisation, sa rapidité d’usage et de réaction et son niveau de précision. Le marketing vocal est fortement connecté aux technologies de l’IA et de la big data. Les principaux usages actuels sont la recherche vocale sur mobile et la communication avec les assistants personnels (IOT).

2. L’histoire du digital et du marketing vocal

Si le numérique trouve son origine dès 1835 avec l’invention de l’alphabet Morse, le terme digital est quant à lui utilisé pour la première fois en 1997 par Ayers et Thomas. Le digital ou l’utilisation du doigt comme interface entre homme et machine est né.

Les débuts de la reconnaissance vocale datent des années 50. Mais, l’utilisation de la voix comme interface est encore plus récente et le terme marketing vocal d’aujourd’hui (une proposition de mon cru).

Marketing vocal google-voice-search-siri-google-now-cortana

Il faudra attendre 1971 pour voir le premier dispositif commercial nommé « Voice Command system » de J.J.W. Glenn et M.H. Hitchcok. Avec l’évolution des ordinateurs individuels, Dragon, System lance en 1990 Dragon Dictate 30K, suivi de Voice type d’IBM. Ces logiciels utilisent la reconnaissance vocale pour piloter un PC. Viendront ensuite les logiciels de dictées vocales. Puis l’intégration en novembre 2008 de la voix dans les smartphones (voice search dans les applications Google Mobile pour iPhone). En 2011, Google lance les requêtes web par la voix sur son moteur de recherche (Google voice search ou search by Google).

3. Avantages d’intégrer rapidement le marketing vocal dans sa stratégie numérique

Aujourd’hui, les marques doivent s’intéresser fortement au marketing vocal. En effet, aux États-Unis déjà plus de 20 % des recherches sur mobile sont vocales (applications Android et Siri sur iPhone). Entre 2008 et 2015, les recherches vocales ont augmenté de 3 500 % !

Comscore estime que d’ici 2020, 50 % des requêtes se feront directement par la parole.

D’après une étude de Google UK, 42%des 3000 sondés utilisent quotidiennement la recherche vocale sur mobile contre 25 % il y a 4 ans. Ainsi Matt Bush, Directeur des agences Google UK, a déclaré « Notre enquête montre le potentiel de la voix et de la recherche plus largement comme un moyen pour les marques de communiquer authentiquement avec le public. »

Marketing vocal - évolution recherches vocales google

Évolution des requêtes Google en 2008 et 2010

Selon une étude du JDN, lors du SEO Camp 2017, 38 % des spécialistes du référencement sur internet classent la recherche vocale parmi leur priorité SEO 2017.

Google Voice Search est disponible auprès d’un milliard de personnes en 119 langues.

De mon point de vue, pour profiter de ces nouveaux usages, Google devrait lancer une offre de référencement payant (SEA) utilisant la recherche vocale.

  • En premier lieu, parce que les chiffres sont la et la tendance très claire. De plus en plus de clients ou de prospects utilisent la recherche vocale. Il devient donc nécessaire de s’adapter aux usages des consommateurs.
  • Ensuite, l’utilisation de la voix est tout simplement la méthode la plus naturelle pour communiquer. L’apprentissage du langage oral se fait avant le langage écrit.
  • Les nouveaux objets connectés, voitures connectées (Apple Car) et autres assistants personnels utilisent de plus en plus la voix comme interface homme-machine. Les arrivées d’Amazon Écho, puis de Google Home (3 août 2017) et prochainement d’HomePod d’Apple sont des indicateurs clés.
  • La recherche vocale accepte la plupart des langues et ouvre donc un potentiel international.
  • La voix est 7 fois plus rapide que l’écriture.
  • Parler libère les autres sens, toucher et vue sont libérés pour offrir une expérience client plus complète et immersive.

 

4. Limites ou inconvénients de la reconnaissance vocale

Si, chez soi ou dans lieux publics ; l’utilisation d’un mobile est devenue courante (pas dans les espaces zen du TGV, InOui je veux dire), il reste plus délicat au bureau. En effet, il existe dans le milieu profession un risque de nuisance sonore et celui de la perte de confidentialité dans les espaces de travail ouverts. Néanmoins, le développement du télétravail et les activités dans un bureau individuel restent des vecteurs de croissance pour le marketing vocal en BtoB.

Et puis, je ne crois pas que malgré les promesses de Microsoft et d’IBM, nous soyons capables de comprendre par la reconnaissance vocale un texte de Raymond Devos ou plus récemment de Stéphane de Groot. Voici donc un test-texte à soumettre à votre outil préféré :

Parvenant enfin aux portes de l’atelier où se tient le vernissage de Pablo, je crie à Cézanne : « Ouvre-moi ! »  Mais ne sachant que faire il informa Titien de ma requête et je patientais donc sous la pluie, qui en tombant sur la toile faisait Pollock-Pollock, ça tombait bien. C’est alors que vint sans Van Gogh Salvador Dali qui Amanda Lire mon carton d’invitation. 

C’est pourquoi, David Marcus, VP de Facebook en charge de Messenger indiquait en juin : « Je pense que la voix n’est pertinente qu’au sein de deux environnements : à domicile, avec un device auquel on parle pour lancer des services et dans la voiture. »
Pour ma part, je pense que cela ira beaucoup plus loin et beaucoup plus vite tant la parole est un relai naturel.

5. Les usages actuels de la recherche vocale

  • Rechercher un parcours (intégration depuis 2015 de la reconnaissance vocale dans Google Maps).
  • Téléphoner en indiquant le nom de son correspondant (souvent utiliser en voiture…)
  • Dicter un textes, le plus souvent pour rédiger un SMS.
  • Lancer une musique à écouter
  • Trouver les horaires d’un film.
  • Demander l’heure (surprenant, car on peut trouver l’heure assez facilement un peu partout, surtout si on regarde son téléphone pour poser la question, cette requête est d’après moi une requête de test).

usages de la recherche vocale google search voice - Marketing vocal

On le voit dans les premiers usages le marketing vocal est un allié puissant du marketing local.

6. Les catégorises d’utilisation de la reconnaissance vocale 2017

Ainsi parler à son smartphone, un ordinateur, une tablette ou encore un objet connecté force la machine à s’adapter à l’homme et non l’inverse. On peut regrouper les usages de la reconnaissance vocale actuels en 5 catégories :

  1. Recherche d’informations pratiques et locales. Recherche d’une entreprise locale (restaurants, boutiques, stations essences…), météo, l’état de la circulation, courses en ligne, les offres de location ou de vente de biens immobiliers ou mobiliers. Service à la personne et santé de proximité.
  2. Recherche de produits ou service (sans proximité). Accès aux offres des banques, des assurances, réservation de voyages et les offres d’emplois.
  3. Recherche d’information générale. Principalement les actualités, mais on trouve ici aussi les recettes, recherche d’études ou de statistiques les « c’est quoi ou comment ça marche », définition, proverbe, orthographe, origine d’un prénom, taux de conversion entre 2 monnaies et bien sûr traduction…
  4. Loisirs : recherche et lecture de musiques, de livres ou de vidéos, programme et horaire de films au cinéma ou à la télévision, interactions sur les réseaux sociaux, résultats sportifs…
  5. Objet connecté avec assistant personnel : Sélection de musique, météo, circulation, notifications de rappel, listes de tâches…

 

Les services de marketing vocal que les marques doivent mettre en place

7. Les actions marketing vocal minimums pour 2017

Les marques doivent proposer à leurs clients au minimum les services de base correspondants aux usages actuels :

  • Géolocalisation vocale
  • Horaires d’ouverture
  • Mise en relation téléphonique directe

Cela implique également d’optimiser son site web pour mobile et une page Google My Business performante.

Mais le marketing vocal permet bien plus que cela, la voix ouvre la voie vers une relation client conversationnelle et personnalisée. Les usages possibles sont pour la plupart encore à imaginer et à tester. Pour les mettre en place je vous conseille la lecture de l’article de François Loviton, directeur e-commerce Google France3  ”la voix comme interface utilisateur 5 conseils aux marques pour développer des services de marketing vocal ».

8. Marketing vocal : idées de services utilisant la reconnaissance vocale

  • Générer de nouveaux prospects ou clients.  Optimiser votre site web et sa version mobile pour la recherche vocale. Je pense consacrer un article sur ce sujet. Mais vous pouvez aussi participer à une formation sur le référencement naturel pour améliorer les performances de votre site.
  • Service client : après le chatbot, le voicebot qui permet d’identifier votre client grâce à sa voix. Puis de répondre à une question orale par une réponse utilisant la synthèse de la parole. On peut aller plus loin en utilisant la voix synthétisée d’une voix connue et familière liée à la marque. Par exemple, la SNCF qui dispose déjà d’une voix numérisée dans les gares et d’une forte signature audio pourrait être parmi les premiers à déployer ce type de dispositif.
    Cependant le voicebot, nécessite de mixer plusieurs technologies pour être efficace : reconnaissance et synthèse vocales, gestion de la big data, et Intelligence artificielle.
  • Personnaliser encore plus les conversations ou le parcours utilisateurs. L’utilisation d’un microphone souvent couplé à un GPS permet d’avoir des informations très précises sur la location du client, mais aussi sur son environnement proche. Est-il au calme, dans une foule, en voiture, écoute-t-il de la musique et laquelle, existe-t-il des bruits de fond caractéristiques. Encore mieux, votre client est-il joyeux, stressé, en colère ? Adaptez votre réponse en fonction de son humeur.
    D’aucuns pourraient même utiliser l’analyse vocale pour détecter la véracité ou le mensonge d’une déclaration, une belle option pour les assureurs.
    Bref, tout ce que vous avez vu dans les séries policières sur les analyses de bandes-son est aujourd’hui intégrable dans une analyse en direct.
  • Réduire le taux d’abandon des paniers d’achat. Utiliser la reconnaissance vocale comme login, avec le contrôle d’accès biométrique. Quoi de plus simple que de se connecter à un compte sécurisé en ligne grâce à sa voix. Il suffirait de prononcer une phrase « secrète » qui non seulement contiendrait des mots personnels, mais complétés des informations d’identification de votre voix. Je pourrais ainsi dire « ouvrir mon compte Amazon, la bicyclette est dans le frigo » pour réaliser mes achats en ligne. Cela vous fait peur ? Pourtant nous sommes déjà nombreux à utiliser notre index pour déverrouiller notre iPhone ou notre Mac Book.
    réduire abandon panier achat avec la reconnaissance vocaleLa bonne idée serait de créer une identité numérique unique permettant avec sa voix de se connecter à un maximum de sites e-commerce. Pour rappel, plus de 26 % des abandons sont liés à l’obligation de créer un compte. Un moyen à tester pour réduire le taux actuel de 75,45 % d’abandon de panier d’achat en ligne.
  • Intégrer vos offres et services aux nouveaux assistants personnels. On voit que les GAFA sont sur ce marché avec chacun leur assistant personnel domestique Amazon Echo, Google Home et Apple HomePod (à ne pas confondre avec Apple HomeKit). Vous l’aurez noté, Facebook n’apparait pas encore dans le catalogue… mon avis, ça ne devrait pas tarder grâce aux technologies développées sur Messenger.
  • Favoriser le développement international. La reconnaissance vocale permet d’identifier la langue de l’internaute et de lui proposer un contenu adapté. Mais aussi de modifier le texte ou la réponse vocale en fonction du langage utilisé par l’interlocuteur.
  • Encore une idée, eh oui en plein régime après des vacances très profitables, un coach sportif personnel interactif. Après avoir répondu oralement à quelques questions, mon coach virtuel me propose un programme personnalisé en me stimulant directement : « Allez Rodolphe encore 20 pompes »…

 

Conclusion

Même si, à titre personnel, je reste un peu septique sur l’utilisation de la reconnaissance vocale, j’avoue (selon mes proches) parler parfois tout seul. J’espère donc avec le marketing vocal trouver un partenaire pour transformer mes monologues en dialogues. Et qui sait, un jour parler avec ma propre intelligence artificielle  ? Je passerai de mon moi à mon mIA.
N’hésitez pas dans les commentaires à indiquer votre point de vue sur l’intégration de cette technologie dans notre quotidien ou sur les usages dont vous rêvez (ou pas).

 

DMP c’est quoi ? Gestion de la big data marketing

DMP c’est quoi ? Gestion de la big data marketing

DMP c’est quoi ? Le big data et l’analyse prédictive ne sont plus de la science fiction, tour d’horizon des DMP en France par Rodolphe Degandt.

DMP c’est quoi ? Data Management Platforms

Les DMP sont des plateformes de gestions de données.  Une DMP assure la collecte en temps réel d’un grand nombre de données (big data) dans une seule base. Le traitement de ces données  permet de générer des actions marketing automatisées pertinentes en fonction de critères de ciblage et comportementaux.

L’intérêt principal d’une DMP est de personnaliser les offres à une cible qualifiée au moment idéal. Il assure une amélioration du ROI pour les acquisitions de prospects, la conversion en clients et l’augmentation du chiffre d’affaires (panier moyen et volume). Une DMP est un élément clé de la stratégie digitale.

Les origines des DMP

À l’origine des DMP sont les CRM (outil de gestion de la relation client). Mais, initialement le DMP a été développé pour les annonceurs médias afin d’automatiser les achats d’espaces publicitaires en temps réel ((achat programmatique, enchères en temps réel – RTB, retargeting instantané) en fonction des paramètres de ciblage. Gagner du temps et optimiser les choix d’espaces publicitaires auprès de place de marché (Ad exchange) en évitant les impressions non ciblées.

Dans ce domaine les deux géants américains , Google et Facebook ont verrouillé le marché en captant plus de 70% des budgets (1er semestre 2017). Mais des solutions françaises existent aussi comme La Place Média, Audience Square et bientôt Alliance Gravity (lire l’article sur le projet).

Pourquoi utiliser un DMP ?

  • Vos prospects ou clients ont un parcours cross-canal ou multicanal,
  • Vos données prospects, clients et offres sont organisées en silos, vous avez besoin de les unifier,
  • Vous souhaitez personnaliser et automatiser vos campagnes de marketing (acquisition conversion, notoriété).
  • Vous désirez prendre un avantage sur vos concurrents.

Les fonctionnalités des DMP

  • Améliorer la segmentation client et identifier de nouveaux personas
  • Assurer un meilleur ciblage publicitaireen temps réel
  • Automatiser l’achat d’audience média
  • Automatiser des actions marketing direct (email personnalisé, offre ciblée, offre promotionnelle)
    • retargeting à la suite d’un abandon de devis, de commande,
    • abandon de panier ou de paiement
    • contenu de newsletter ou d’emailing personnalisé
  • Relier, agréger et normaliser les données utilisateurs existantes et acquises en temps réel
    • Données transactionnelles Clients (achats en ligne ou en en boutique)
    • Données digitales (campagnes email, web)
    • Données déclaratives (carte fidélité)
    • Données produit, stock, prix, caractéritiques, frais de livraison délais de disponibilité
    • Données comportementales (positionnement parcours client, réactivité aux emails par typologie, appétence aux programmes IPTV, musiques…)
  • Améliorer l’expérience client
  • Analyser les performances et le suivi des budgets marketing
  • Accroitre votre ROI

DMP c'est quoi ? définition et usage de la gestion de la big data marketing

Quelles  solutions DMP choisir ? Comparatifs des DMP

  • Les plateformes d’achat programmatique comme Mediamath ou Weborama, 1000Mercis.
  • Les plateforme connecteurs tel que Adobe Audience Manager
  • Les intermédiaires entre éditeur et annonceur DMP comme CampdeBases

 

Téléchargez le comparatif des plateformes DMP
Source Adnovia (groupe Ratecard) 2ème triimestre 2017 (France)

Cibler les bons réseaux sociaux les chiffres clés 2017

Cibler les bons réseaux sociaux les chiffres clés 2017

Cibler les bons réseaux sociaux en fonction de vos personas par Rodolphe Degandt consultant et formateur web marketing

Afin d’affiner votre stratégie web marketing, il est utile d’avoir une vision globale des 10 réseaux sociaux en France qui comptent en 2017. Découvrez les chiffres-clés, les profils d’utilisateurs, le type d’usage et les statistiques des champions français pour chaque plateforme.
Alors si comme la plupart des marketeurs français, vous avez privilégiés les contenus sur votre blog, avec une reprise dans votre newsletter, il est temps de vous intéresser aux réseaux sociaux et leurs pouvoirs de viralité. Les chatbots, l’IA, la big data et la réalité virtuel attendront encore un peu.

[ L’essentiel 2017 – si vous n’avez pas le temps de tout lire ]

Retenez que Facebook (et WhatsApp) est le réseau majeur en France, loin devant les autres avec 32 millions d’utilisateurs actifs chaque mois en France.

Actuellement, les professionnels du marketing privilégient la diffusion de contenu sur Twitter (97%) et LinkedIn (89%) puis Facebook (59%). Si vous démarrez en présence sociale, commencez donc par ces 3 incontournables.
A noter le risque de dilution de vos contenus avec le nouveau service de LinkedIn Trending Storylines.
LinkedIn est évidemment très orienté B2B mais tire surtout son épingle du jeu dans la visibilité d’une marque employeur. A étudier, Viadéo, mais à surveiller le projet Google Hire.

Vient ensuite Youtube (57%), certainement plus puissant mais qui nécessite du temps pour produire du contenu vidéo.

Moins utilisés car sélectif sur les secteurs d’activité, les réseaux sociaux « photo » comme Instagram (13%), Pinterest (6%). Souvent privilégiés pour les marques de vêtements, luxe, cosmétique et voyage. L’oublié est Snapchat avec seulement 2%.

Vous êtes plus avancé en communication sociale (ou vous voulez faire votre petit effet), pensez à Medium.

 


Cibler les bons réseaux sociaux en fonction de vos personas

Histoire d’être tout de suite dans l’ambiance et d’appréhender le potentiel des réseaux sociaux en France, voici les statistiques réalisés en avril 2017 auprès du Top 20 des marques.

cibler les bons réseaux sociaux 2017

Quelques chiffres clés complémentaires pour vous montrer que votre cible est bien présente sur les réseaux sociaux:

  • 56% des Français sont membre d’au moins un réseau social
  • 84% des Français de moins de 40 ans utilisent les réseaux sociaux
  • 32% des Français utilisent les messageries instantanées
    • 60% des 12-17 ans utilisent ces plateformes de messagerie
  • Pour 53% des 12-17 ans, les réseaux sociaux sont l’un des deux services dont ils auraient le plus de mal à se passer (avec les films et les vidéos sur Internet)

Maintenant à vous de vérifier avec les informations disponibles, quels réseaux privilégier en 2017.

Cibler les bons réseaux sociaux les chiffres clés 2017


#1 Facebook

meilleur post sur facebook avril 2017

  • Nombre d’utilisateurs en France : 32 millions actifs chaque mois
    • Dont utilisation sur mobile : 87 %
  • Age des utilisateurs français : 22 ans
    • 18 – 29 ans avec 30%
  • Sexe : 52% de femmes pour 48% d’hommes
  • Nombre de visites par jour : 19 millions pour 8,4 millions de visiteurs
  • Temps moyen passé par jour : 50 minutes (Facebook, Messenger et Instagram)
  • Viralité :  Chaque utilisateur de Facebook en France possède en moyenne 177 amis

Usages :

  • Au réveil, 48% des 18-34 se connectent sur Facebook
  • 46% des membres se rendent sur Facebook pendant leur shopping
  • 47% pendant qu’ils préparent à manger.
  • 48% pendant le sport.

 


 

#2 Youtube

meilleure vidéo youtube France 2017

  • Nombre d’utilisateurs en France : 26 millions
    • Dont utilisation sur mobile :  66% 
  • Age des utilisateurs français :
  • Sexe :
  • CSP :
  • Nombre de visites par jour :
  • Temps moyen passé par jour :
  • Viralité : 60 % des utilisateurs qui visionnent une vidéo en parlent ou la partagent.

Usages :

  • Youtube le réseau social de partage dans le monde réel
    • 4/10 parents qui regardent YouTube avec leurs enfants.
    • 1 utilisateur sur 2 regarde YouTube avec des amis ou en famille
  • 64% des utilisateurs consomment des vidéos pour se relaxer et se divertir.
  • 52% viennent pour s’informer, apprendre et progresser.
  • 14% consultent YouTube pour trouver des infos sur des produits et des offres.
  • Les sujets les plus consultés : musique, vie pratique (cuisine, santé, mode, beauté, bricolage) et le sport
  • 1/3 des acheteurs sur Internet sont allés voir une vidéo sur YouTube avant d’acheter le produit.

 

 


#3 Twitter

meilleure tweet twitter 2017 avril

  • Nombre d’utilisateurs en France : 21 millions de Twittos
    • Dont utilisation sur mobile : 72%
  • Age des utilisateurs français :
    • 33% de 16-24 ans
    • 26% de 25-34 ans
    • 25% de 35-44 ans
    • 11% de 45-54 ans
    • 5% de 55-64 ans
  • Sexe : 55% d’hommes et 45% de femmes
    • 40% des utilisateurs français sont célibataires
    • 25% sont mariés
  • CSP : cadres et cadres supérieurs (CSP+)
  • Réseau adapté pour :  marques globales de la grande distribution et de la consommation
  • Nombre de visites par jour : 19 millions
  • Temps moyen passé par jour : 50 minutes (Facebook, Messenger et Instagram)

 

 


#4 LinkedIn

  • Nombre d’utilisateurs en France : 14 millions de profils
  • Age des utilisateurs français :
    • 35 ans et plus avec 79%
  • Sexe : 55% d’hommes et 45% de femmes
  • Temps moyen passé par mois :  17 minutes
  • Année de création : 2003
  • Lancement en France : 2008
  • Fondateurs : Reid Hoffman, Konstantin Guericke, Jean-Luc Vaillant, Allen Blue et Eric Ly
  • LinkedIn comprend aussi Pulse, Slideshare et Lynda

Une approche B2B par message personnel semble être la solution la mieux adaptée pour atteindre les profils LinkedIn.

Un nouveau service d’actualité bientôt intégré à LinkedIn. Annoncé le 22 mars 2017 (lancement aux États Unis) Trending Storylines est un outil pour résumer des articles publiés sur son réseau mais aussi sur tous les autres sites. On peut alors comprendre pourquoi LinkedIn Pulse a été supprimé des onglets de LinkedIn. Tout le contenu sera donc généré par les équipes internes, fini les publications auto promotionnelles.
A moins,  qu’ils nous proposent un nouveau format publicitaire pour faire apparaitre nos articles dans ce nouveau flux  Mais avec plus de 160 000 nouveaux résumés chaque semaine, votre propre communication risque fort d’être diluée.

Depuis mi avril, LinkedIn a également fait évoluer sa messagerie interne pour faciliter les échanges entre professionnels. Choix étrange d’ajouter des émoticônes et des messages prêt à l’emploi… on ne peut vraiment pas parler d’innovation.

Clairement LinkedIn est en pleine phase d’adaptation, ajout de fonctionnalités, nouveau design de l’interface, évolution des offres publicitaires. On sent fortement la tension générée par la très discrète apparition de Google sur ce marché. Mais le géant californien ne reste pas bien longtemps, ni souvent en mode furtif… à suivre le projet Google Hire !


#5 Instagram (Facebook)

  • Nombre d’utilisateurs en France : 11,8 millions de IGers
    • Dont utilisation sur mobile : 100%
  • Age des utilisateurs français :
    • 35% ont entre 25 et 34 ans
    • 17% entre 35 et 44 ans
    • 8% ont 45 ans et plus
  • Sexe : 55% d’hommes et 45% de femmes
  • Viralité : un IGers suit en moyenne 134 personnes

 


#6 Snapchat

  • Nombre d’utilisateurs en France : 9,8 millions actifs chaque mois (8 chaque jour)
    • Dont utilisation sur mobile : 100%
  • Age des utilisateurs français  (hors moins de 18 ans) :
    • 46,8% de 18-24 ans
    • 29,2% de 25-34 ans
    • 11,7% de 35-44 ans
    • 7,7% de 45-54 ans
    • 3,5% de 55-64 ans
    • 1% de 65 ans et plus
  • Sexe : 65% de femmes et 35% d’hommes
  • Profil-type :
  • CSP :
  • 10 milliards de Snaps vues chaque jour
  • Temps moyen passé par jour : 25 à 30 minutes

 


#7 Viadéo

  • Nombre d’utilisateurs en France : 11 millions de membres
  • Age des utilisateurs français :
    • 10 % moins de 24 ans
    • 40 % entre 25 et 35 ans
    • 25% entre 36 et 44 ans
    • 25% plus de 45 ans
  • Sexe : 54% d’hommes pour 46% de femmes
  • Profil-type :
  • CSP :
    • secteurs : 4 % dans le secteur du conseil, 11% dans l’industrie, 9 % dans les médias
    • 45 % entreprise de 1 à 49 salariés.
  • Introduction en bourse en 2014 pour 142 millions d’euros. Vidéos a été racheté fin 2016 par Le Figaro pour 1,5 millions .

Pour cibler les bons réseaux sociaux en 2017, faut-il garder Viadéo ?
Pour moi la situation financière de l’acteur français peut vous offrir 3 possibilités. La première, vous le fuyez, si il ferme, tous vos efforts n’auront servi à rien. Deuxième option, vous dupliquez vos contenus LinkedIn sur Viadéo, la stratégie du wait and see. Enfin, la troisième solution, vous privilégiez ce réseau, profitant de la baisse de concurrence B2B sur ce canal.

 


#8 WhatsApp (Facebook)

  • Nombre d’utilisateurs en France : 8,8 millions
  • Age des utilisateurs français :

 


#9 Pinterest

  • Nombre d’utilisateurs en France : 6,7 millions
  • Age des utilisateurs français :
    • 30% ont entre 25 et 34 ans
  • Sexe : 85% des usagers sont des femmes
  • Temps moyen passé par mois : 16 minutes

 


#10 Medium

Cibler les bons réseaux sociaux en 201è, c’est aussi ne pas tenir compte que des statistiques et de s’intéresser aux petits qui pourraient bien grandir. C’est pourquoi, Medium est pour moi le réseau social a tester en 2017.

Lancé par les créateur de Twitter, il est idéal pour diffuser son contenu. Même si il est encore très tourné sur des cibles anglophones, mais premiers tests sont vraiment positifs. En effet, avec 2 articles, sans aucune publicité… 127 followers. Les textes français auraient donc la cote.

Le système des story est assez similaire à Pulse sur LinkedIn, mais l’avantage est l’option des lettres. Car les “Lettres” permettent d’envoyer un email à vos abonnés Medium. Enfin l’utilisation de tag permet d’organiser vos publications, de la même manière que les hashtag de son ainé Tweeter.

engagement 18-34 ans réseaux sociaux

Comment diffuser vos articles sur internet [stratégie de contenu]

Comment diffuser vos articles sur internet [stratégie de contenu]

Comment diffuser vos articles sur internet ? Si personne ne voit vos publications, le meilleur contenu du monde ne sert à rien ! Dans votre stratégie de contenu web, n’écrivez pas sur le net pour vous, mais pour vos lecteurs potentiel et faites en sorte qu’ils vous voient.

Voici un guide pour rendre visible vos publications en exploitant les réseaux sociaux, les flux rss, la publicité payantes…

Comment diffuser vos articles sur internet et gagner des lecteurs.

Avant de publiez vos contenus, prenez un instant pour considérer ce qui suit. Les appareils mobiles ont largement perturbé la façon dont nous recherchons et consommons des informations. La plupart d’entre nous possèdent et utilisent les smartphones comme principal moyen de naviguer sur Internet. Donc les choix des canaux de communication devront privilégier les supports compatibles mobiles en 2017.

Mais les efforts visant à atteindre le public de votre marque ne devraient pas se limiter au format portable. Cela vaut la peine d’examiner la segmentation démographique et géographique de vos clients.

Ainsi, vous choisirez vos canaux de communication en fonction de votre audience ou de vos personas marketing.

 

Amplifier la diffusion de votre contenu sur vos propres médias

Diffusez sur tous vos propres médias digitaux

  • Site internet.
  • Blog,
  • Vos pages entreprises sur les réseaux sociaux,
  • Les groupes ou communautés des réseaux sociaux dont vous êtes membres,
  • Listes d’abonnés par courrier électronique.
  • Flux RSS.

Les atouts des médias propriétaires

  • Ils offrent le meilleur niveau de contrôle de son image de marque et de sa stratégie de contenu.
  • Votre entreprise décide quelle publication est à afficher (dans la plupart des cas).
  • Quand afficher vos contenus et combien de temps ?
  • À quelle fréquence publier ?
  • Vous pouvez facilement mesurer sa performance.

Astuces pour amplifier vos diffusions sur vos propres supports digitaux

  • Pour les publications par email et sur les réseaux sociaux, diversifiez les contenus. Éviter surtout un flux composés exclusivement d’offres commerciales.
  • Planifiez la diffusion de vos contenus avec un calendrier d’évènements/articles. Cela permet de contextualiser vos contenus. L’exemple le plus classique, faire une offre promotionnelle lors des soldes ou plus récemment du black Friday.
  • Republiez régulièrement votre contenu, tout particulièrement sur Twitter. Mais cela est aussi pertinent avec des ebooks ou des webinaires.
  • Optimisez votre blog pour la diffusion sociale avec des boutons de partage visibles
  • Mettez un plug-in de publication sociale automatique pour vos nouveaux articles de blog (comme Publicize sur WordPress).

Rendez vos articles accessibles aux lecteurs de flux RSS

Les flux RSS  (Really Simple Syndication) sont une manière automatique de regrouper vos articles sur une page de votre site. L’avantage est de permettre à des internautes de s’abonner à vos contenu via des lecteurs de flux.  Une sorte de newsletter permanente à votre blog. 3 lecteurs de flux RSS :

Vous souhaitez vous abonner à mon flux RSS, ou simplement visualiser son contenu brut, cliquez ici ou ajoutez le lien dans un des lecteurs pour le visualiser.

Comment diffuser vos articles sur internet avec les flux RSS

Netvibes lecteur de flux RSS


Publiez gratuitement vos articles sur les réseaux sociaux

Les plateformes sociales

Une fois que vous avez diffusé vos informations sur vos réseaux sociaux, votre blog, votre site, et vos listes d’emailing. Vous pouvez amplifier la propagation en ajoutant vos contenus sur certaines plateformes sociales gratuites :

  • Slideshare (de LinkedIn).
  • Feed – Pulse (aussi de LinkedIn).
  • Participer aux forums  de votre thématique.
  • Les commentaires dans des articles connexes.

Les influenceurs

Vos employés

Favorisez l’implication de vos employés dans la promotion de vos contenus. La première étape est de former vos employés à partager efficacement un message sur les réseaux sociaux. La méthode que je préconise est d’aller au-delà, en les invitant à créer eux-mêmes des contenus à partager.

Astuce : ajoutez votre dernier article en signature d’email.

Vos clients-ambassadeurs

Ici, il s’agit d’une catégorie d’influenceurs, la plus belle. Celle de vos clients en résonance avec votre marque. Pour aller plus loin, je vous invite à lire cet article pour mettre en place votre réseau d’influenceurs :

Influenceurs pourquoi et comment les séduire ?


Comment diffuser vos articles avec les solutions payantes

L’intérêt principal réside dans la rapidité et la simplicité de ces solutions payantes pour diffuser vos informations sur internet. En plus vous aurez la possibilité de cibler assez précisément votre audience.

Les Relations Presse on et off Line

Un peu en dehors du digital, les Relations Presse. Vous avez une actualité à diffuser, des agences spécialisées peuvent très bien communiquer sur leurs propres supports, dont un certain nombre de sites web d’information. Le ROI est assez faible puisque vous payez pour voir.

Votre réseau d’influenceurs

Éléments clés de votre visibilité, mais aussi de votre e-réputation, les influenceurs sont à chouchouter dans votre stratégie de marketing de contenu. Je classe volontairement cette source de diffusion en payante, car cette action réalisée correctement engendre des dépenses (en plus des RH interne).

La publicité sur les réseaux sociaux

L’utilisation de médias payants sur internet permet d’amplifier la diffusion de vos contenus sur les réseaux sociaux. Plusieurs possibilités à utiliser en fonction du choix de vos réseaux sociaux :

  • Facebook Adverts, le patron incontesté dans l’amplification sociale de contenu sur les réseaux sociaux. Adapté à tous les budgets et permettant un ciblage adapté grâce au nombre d’utilisateurs. Vous pourrez diffuser une photo, une vidéo, un carousel ou un diaporama. La plateforme Ads manager est plutôt un modèle du genre pour préparer vos campagnes publicitaires Facebook.
Comment diffuser vos articles sur internet Facebook Ads

Interface Facebook Ads

  • Twitter ads, la régie publicitaire lancée depuis juillet 2014 a développé une solution spécifique pour faire la promotion de vos tweets grâce à Quick Promote.
  • Diffuser vos articles dans le flux d’actualité de LinkedIn avec Sponsored Updates et Direct Sponsored Content. Idéal pour vos sujets autour de votre marque employeur.
  • Pinterest possède aussi son option business pour sponsoriser vos épingles. Le même type d’offre existe sur Instagram.
  • Vu la situation financière de Viadéo, je ne vous conseillerai pas de vous y positionner.
  • À surveiller la nouvelle plateforme d’emploi Google Hire.

Google Hire la nouvelle plateforme d’offres d’emploi de Google

Les régies publicitaires « traditionnelles »

Dernière option pour diffuser vos contenus, les faire connaître via des publicités traditionnelles. Cette solution est, pour moi, moins adaptée à l’objectif initial, car il va nécessiter de recréer des contenus publicitaires. Il ne s’agit plus tout à fait de valoriser celui que vous possédez déjà.

Les régies publicitaires peuvent également vous proposer des espaces pour relayer votre communication. Bonne nouvelle, par rapport aux traditionnelles annonces presses, les budgets pourront être à la performance (CPM ou CPC).

  • Google Adwords, vous achetez vos mots-clés.
  • TF1 publicité avec ses 17 supports, dont My TF1, Bouygues, LCI…
  • Figaro Médias : des offres ciblées sur Madame Figaro, Le Figaro, Figaroscope et l’alliance digitale (Le Figaro, Le Monde, L’Express et L’Obs).
  • Lagardère Publicité : des offres en fonction de sa cible (famille, homme, femme, jeunes adultes, grand public), des supports (Télé 7 jours, Télé 7 jeux, Virgin radio, Gulli, télé magazine, Version Feminina).
  • Hi-Media.
  • CCM Benchmark.
  • Orange Advertising.

 

Comment diffuser vos articles avec la formation netlinking et SEO

Pour aller plus loin découvrez la formation SEO avec le netlinking et la diffusion de contenu.

Cahier des charges site internet : l’essentiel pour réussir

Cahier des charges site internet : l’essentiel pour réussir

Cahier des charges site internet par Rodolphe Degandt consultant en marketing digital.

Cahier des charges site internet

Voici un cahier des charges type à remplir pour préparer la création de votre site internet.

Ce document pourra :

  • Être transmis à votre prestataire pour le réaliser (et choisir votre développeur de site).
  • Servir de guide pour le réaliser vous-même.
  • Aider à sélectionner votre outil de création de sites en ligne.

5 étapes simples pour réussir votre projet de création ou de refonte de site internet

cahier-des-charges-site-internet-5-etapes

1. Intégration dans votre stratégie digitale
2. Un contenu structuré & pensé pour les utilisateurs
3. 10 aspects techniques à respecter
4. Les phases de gestion du projet web
5. Les 5 critères pour un site internet performant

 


#1 Cahier des charges site internet et stratégie digitale

  1. En introduction, précisez votre positionnement : Métier, culture et vocation (ce que vous faites, comment vous le faites et pourquoi vous le faites).
    Profitez de ce moment pour définir vos spécificités, vos avantages concurrentiels, votre zone de couverture géographique. Le plus que vous apportez à vos clients. Mais vous pouvez aussi préciser vos faiblesses.
    Astuce : utilisez la matrice SWAT (Force, faiblesse, menaces et opportunités).
  2. Précisez votre cible, vos clients : présentez vos personas et les mots clés qui représentent leurs centres d’intérêt. Le croisement entre leurs attentes et votre offre représente vos points d’interaction.
  3. Présentez les objectifs de votre site après avoir validé qu’ils étaient SMART.
  4. Le temps disponible pour votre projet web
    Les quelques heures à préparer votre site avec ces objectifs et ces KPI vont vous faire gagner en efficacité pour sa réalisation. Le temps passé dépendra surtout de la solution que vous utiliserez pour passer à l’acte. Ces aspects seront détaillés dans la partie 7 de ce guide complet.
    Cependant, n’oubliez pas de prévoir un temps pour mettre régulièrement votre site à jour en fonction des résultats obtenus. Une heure par semaine sera un très bon investissement.
  5. Le budget de création de référencement et d’actualisation
    Les frais pour créer, puis pour maintenir le site. Cela n’inclut pas votre temps, mais les dépenses que vous serez amené à faire (achat d’un nom de domaine, hébergement, conception graphique, rédaction de contenu, conception complète du site…).
    Vous pouvez comparer ces coûts à la dépense que vous réalisez dans les pages jaunes et comparer les bénéfices attendus.
  6. Vote niveau de connaissance web
    Votre niveau de compétence web ou celui de votre prestataire. Qui va se charger de quoi ? De quel niveau de compétences techniques avez-vous besoin par rapport aux objectifs assignés à votre stratégie digitale.
    Normalement avec ce guide vous devriez acquérir toutes les bases pour réussir votre projet de site artisan ou TPE.

Résumer le projet avec l’elevetaor pitch

Pour vous aider à cadrer un cahier des charges de site internet, vous devez pouvoir en faire un elevator pitch.
Cela consiste à pouvoir répondre en 3 minutes à 6 questions :

  • Quoi : quelle est la nature du site ?  Quelle est la principale fonctionnalité ?
  • Pour qui : Qui sont les utilisateurs du site ? Quels sont leurs besoins/souhaits principaux ?
  • Pourquoi : Quelle est la valeur ajoutée du site ?
  • Positionnement  : Vos forces et faiblesses, vos menaces et opportunités (SWAT) ? Qui sont les concurrents ?
  • Combien : Quel délai pour le réaliser, quel budget ?
  • Avec qui : Quelles ressources humaines internes et externes seront nécessaires ?

 


#2 cahier des charges fonctionnel : Un contenu structuré & pensé pour les utilisateurs

2.1 Connaître ses utilisateurs

Pour avoir une approche orientée client, la technique la plus simple est de créer des personnages types. Ces personas sont vos prospects avec leur fiche d’identité. Une fiche persona donne des informations précises, sans être caricaturale :

  • Qui est-il ?
  • Pourquoi vient-il sur ce site ?
  • Quels objectifs ou priorités a-t-il ?
  • Quel est son comportement ?

Exemple de persona utilisateur d’un site internet :

cahier des charges web définir ses persona

2.2 L’impact mapping : la conception orientée client

L’impact mapping va reprendre votre objectif et le mettre en corrélation avec vos personae et leurs attentes. L’impact mapping se construit très simplement :

  1. Partez de votre objectif
  2. Indiquez les personas à qui il s’adresse
  3. Identifiez leurs comportements
  4. Définissez les fonctionnalités nécessaires dans le site pour y répondre

Voici un exemple d’impact mapping :

cahier des charges site : impact mapping

À cette étape, vous avez défini l’ensemble des fonctionnalités techniques utiles à VOS utilisateurs.

Pour vous aider, vous pouvez utiliser ces fonctionnalités :
  • Fil d’Ariane,
  • Intégration de vidéos hébergées sur YouTube, Dailymotion ou Viméo,
  • Boutons de partage sur Twitter, Facebook ou autre réseaux sociaux,
  • Diffusion automatique sur les réseaux sociaux,
  • Formulaire de contact,
  • Moteur de recherche interne,
  • Plan d’accès à votre entreprise (simple ou interactif),
  • Plan du site internet et sitemap XML,
  • Flux RSS.

Mais d’autres fonctionnalités exigeront que vous entriez dans les détails.

  • Boutique en ligne
  • Gestion multilingue
  • Galerie Photo
  • Espace presse
  • Module de newsletter
  • Forum
  • Espace recrutement
  • Création de comptes

Astuce : Pour cerner les fonctionnalités essentielles de votre futur site, il est toujours utile de consacrer un peu de temps à de la veille. En allant explorer, par exemple, les sites :

  • De vos concurrents
  • Sur le même secteur
  • Qui s’adressent au même public
  • Etc.

Astuce : Cette phase est ludique, mais restez vigilant. Vous serez tenté d’accumuler les fonctionnalités un peu comme un enfant prépare sa liste au père Noël.

Gardez en mémoire que chaque fonctionnalité que vous ajoutez aura un impact sur le budget de votre site. À chaque fonction que vous ajoutez, demandez-vous systématiquement : qu’est-ce que cette option apporte à mon visiteur ? En quoi sert-elle mes objectifs ? Référez-vous à votre impact mapping !

2.3 L’architecture ou plan du futur site

Vous connaissez l’ensemble des fonctionnalités utiles pour votre site, vous allez donc pouvoir organiser les contenus proposés et les structurer.

Le plus courant est de réaliser une arborescence complète du site

  • Arborescence avec la liste des pages, classées par rubriques
  • Un plan de contenu : le détail des contenus présents sur chaque page
  • Les flux de navigation : les parcours que peut suivre le visiteur (pour les services en ligne et les sites les plus denses)
  • Les points d’interaction ou CTA (call to action) 

cahier-des-charges-site-internet architecture

2.4 Respectez la réglementation

Le manquement à l’une de ces obligations peut être sanctionné jusqu’à un an d’emprisonnement, 75 000 € d’amende pour les personnes physiques et 375 000 € pour les personnes morales.

Afficher vos mentions légales (et vos conditions générales de vente)
  • Entrepreneur individuel (micro-entreprise) : nom, prénom, adresse et numéro SIRET
  • Pour une société : raison sociale, forme juridique, adresse de l’établissement ou du siège social (et non pas une simple boîte postale), montant du capital social
  • Adresse de courrier électronique et numéro de téléphone
  • Pour une activité artisanale : numéro d’immatriculation au répertoire des métiers (RM)
  • Activité commerciale : Numéro d’inscription au registre du commerce et des sociétés (RCS)
    • Activité commerciale : numéro individuel d’identification fiscale, numéro de TVA intracommunautaire
  • Profession réglementée : référence aux règles professionnelles applicables et au titre professionnel
  • Nom et adresse de l’autorité ayant délivré l’autorisation d’exercer quand celle-ci est nécessaire
  • Nom du responsable de la publication
  • Coordonnées de l’hébergeur du site : nom, dénomination ou raison sociale, adresse et numéro de téléphone
  • Pour un site marchand, conditions générales de vente (CGV) : prix (exprimé en euros et TTC), frais et date de livraison, modalité de paiement, service après-vente, droit de rétractation, durée de l’offre, coût de la technique de communication à distance
  • Numéro de déclaration simplifiée CNIL, dans le cas de collecte de données sur les clients (non obligatoire, mais recommandé).
En complément :
  • Réaliser une déclaration auprès de la CNIL si vous utilisez des formulaires de collecte de données… Une simple demande de contact avec un nom un email, un numéro de téléphone rend cette règle obligatoire. Bonne nouvelle, vous pouvez le faire en ligne sur le site de la CNIL.
  • Faire apparaître une information à cliquer lors de la première visite sur l’existence de cookies (si, si, vous devez en avoir, car au minimum votre site aura des petits espions pour mesurer sa performance).
    • Informer les internautes de la finalité des cookies,
    • obtenir leur consentement,
    • fournir aux internautes un moyen de les refuser.

 


#3  Cahier des charges site internet : les 10 aspects techniques

  1. Nom de domaine & hébergement
    Avec votre site, vous aurez un nom de domaine propre (reprenant le nom de l’entreprise par exemple). Cela doit vous permettre d’avoir des emails personnalisés pour communiquer de façon plus professionnelle avec vos clients et prospects. Autre avantage, vos emails personnels et professionnels seront distincts pour une gestion plus simple.
  2. La sécurité
    La protection des données collectées et plus globalement la sécurité de votre site en cas d’attaque (et oui, les pirates naviguent sur le net). À ce sujet, à compter de maintenant ne faites un site qu’en HTTPS. À compter de janvier 2017, Google a annoncé que les sites http:// seraient pénalisés avec un message d’alerte « si non sécurisé ».
  3. Le design et la personnalisation
    Suivant votre solution de création ou de refonte de votre site internet, vous aurez plus ou moins de liberté ou d’option pour personnaliser le look selon vos envies.
  4. Site optimisé pour mobile, articles blog au format AMP
    On ne discute plus de ce sujet, votre site doit pouvoir un accessible d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. Mais si l’on discute plus, toutes les solutions pour créer un site ne sont pas « responsive ».
  5. Un Back Office du site
    Posséder une interface simple pour réaliser des mises à jour ou personnaliser les pages et en ajouter (ajout, actualisation)
  6. Intégration facilitée
    Possibilité d’intégrer des outils interactifs afin de personnaliser l’expérience du visiteur et collecter des données qualifiées.
  7. Gestion des contacts et base de données
    Gestion simple des contacts et des bases de données (idéalement, vous recevez une alerte par email à chaque formulaire complété sur votre site)
  8. Réseaux sociaux
    La diffusion de vos contenus par partage sur les réseaux sociaux. Idéalement lorsque vous rédigez une actualité vous avez la possibilité de diffuser automatiquement le contenu sur votre page Facebook, votre compte twitter et votre page entreprise LinkedIn. Si un visiteur aime une de vos pages, il faut qu’il ait la possibilité de partager cette page sur son réseau social préféré, l’envoyer par email à une connaissance ou l’imprimer facilement.
  9. Outils de pilotage et statistique : KPI (key performance indicator ou indicateur clé de performance)
    Intégrer un outil de statistiques de performance, à minimum Google Analytics.

 


#4  Cahier des charges site internet : les phases de gestion du projet web

Gestion de projet création site internet


#5 bonus les critères pour un site internet performant

  1. Mobile Friendly : Compatible avec l’affichage sur smartphone. Google a même développé un site dédié pour mesurer la performance d’un site sur mobile avec les consignes pour l’améliorer.
  2. UX (User eXperience) : un site simple et clair : ergonomie et navigation pour faciliter l’expérience de vos visiteurs lors de leur navigation dans votre site. Ne cherchez pas à faire un site qui va perturber les habitudes des internautes (un menu en haut est très bien), sauf si vous êtes une agence de webdesign.
  3. SEO (Search Engine Optimization) : Un code incluant toutes les balises HTML pour assurer un bon référencement naturel
  4. CTA : Des boutons d’action ou CTA (call to action), vous fournissez des informations, mais le but est d’obtenir l’engagement de vos visiteurs. Pour les faire passer à l’action et réussir vos objectifs placez dans chacune des pages de votre site une proposition à l’action avec un bouton spécifique « inscription newsletter » « nous contacter » « mettre dans le panier»… et suivez vos taux de conversion.
  5. Un site sécurisé et rassurant avec l’utilisation du protocole HTTPS.
Marque employeur 7 étapes clés du digital RH

Marque employeur 7 étapes clés du digital RH

Marque employeur 7 étapes clés du digital RH par Rodolphe Degandt –  » Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise : sa réputation et ses hommes  » Henry Ford

 

Marque employeur : les 7 étapes clés du digital RH

Recruter et fidéliser ses employés sont deux grands objectifs du digital RH. Pour cela, les équipes des ressources humaines mettent en place une véritable stratégie pour accroître la notoriété de la marque employeur. Partie intégrante, dans la grande mouvance de la transformation digitale de l’entreprise, les politiques RH doivent s’adapter aux exigences de l’hyper connectivité des salariés.

Souvent le service de gestion du personnel devra travailler avec le service communication ou compléter ses compétences par un prestataire spécialisé. Car la marque employeur doit posséder son identité visuelle propre, ainsi que l’usage de canaux et supports de communication spécifiques.

  1. Fixez les objectifs de votre marque employeur
  2. Définissez votre positionnement avec l’EVP
  3. Ajustez votre EVP aux attentes de votre cible
  4. Construisez votre argumentaire employeur basé sur la preuve
  5. Réalisez votre plan de communication employeur
  6. Déployer votre marque employeur
  7. Mesurer la performance de la marque employeur

  Origine de l’employer brand

marque-employeur-avantages digital RH

1 – Eda Gultekin, What’s the Value of Your Employment Brand ?

 


1. Fixez les objectifs de votre marque employeur

Dans cette première étape, il s’agit principalement de répondre à la question : pourquoi créer une marque employeur ?
Plusieurs objectifs sont possibles et relèvent parfois d’une vision globale difficile à qualifier.

  • Gagner en visibilité sur le marché des offres d’emploi, afin d’obtenir plus de candidatures.
  • Une plus forte attractivité auprès des meilleurs candidats, convaincre la prochaine génération des cadres de l’entreprise, recruter des profils très techniques ou IT.
  • Identifier des candidats en recherche passive.
  • Réduire le taux de renouvellement (turnover) grâce à la satisfaction et l’épanouissement des collaborateurs,
  • Un appui à la notoriété globale de l’entreprise (faire connaître son activité, ses métiers, ses talents).

Prenez ici un peu de temps pour détailler vos objectifs avec la méthode SMART. Par exemple pour un objectif » visibilité marque » : au cours des 3 prochains mois, recevoir au moins 35 candidatures par offre d’emploi publiée (contre une vingtaine aujourd’hui).


2. Définissez votre positionnement avec l’EVP

L’EVP ou Employee Value Proposition regroupe l’ensemble des éléments de votre organisation, du point de vue de l’employeur. Identifiez les valeurs que porte votre entreprise auprès de ses employés, ainsi que de ses futurs collaborateurs. Pour construire votre EVP, vous pouvez utiliser les 5 composantes traditionnelles de l’EVP :

  • Culture d’entreprise :  valeurs globales, vision.
  • Environnement de travail : accessibilité, équipement, ambiance dans l’entreprise, équilibre avec la  vie privée…
  • Évolution de carrière interne ou groupe : suivi personnalisé du parcours professionnel, formation, diffusion en interne des opportunités et l’ouverture à l’international.
  • Rémunération : salaire de base, primes, part variable, intéressement, participation, stock option…
  • Avantages sociaux : mutuelle santé de qualité, complémentaire retraite, propositions du comité d’entreprise…

Une identité forte basée sur vos valeurs va permettre de vous différencier vis-à-vis de vos concurrents. Analysez ces 5 aspects du point de vue RH, direction de l’entreprise et employé. Puis comparez-les à ceux de vos concurrents. Vous détecterez alors facilement vos différences qui sont certainement vos principaux atouts.

Par exemple, les 4 composants de la marque employeur Carrefour sont : favoriser l’emploi local, développer les collaborateurs, travailler à l’équilibre des chances et favoriser le bien-être au travail (ce n’est pas gagné !).


3. Ajustez votre EVP aux attentes de votre cible

Attention à votre EVP, elle se doit de refléter la réalité actuelle de votre marque employeur. Mais elle doit être ou devenir en phase avec votre cible.

marque employeur différentes cibles stratégie

Par exemple, selon une étude Consult’in France (ex Syntec Conseil en Management), si vous recrutez des étudiants issus de grandes écoles, leurs critères de choix sont :

  • 72 % : la rémunération et l’évolution de carrière
  • la culture d’entreprise à 61 %.
  • l’autonomie du poste  pour 57 %.
  • l’équilibre vie privée et vie professionnelle (56 %).

Dans cette troisième phase, deux choix s’offrent à vous. Le premier est d’exploiter vos EVP en corrélation avec les attentes de votre cible. Vous en ferez votre signature employeur. Ou alors, vous cherchez à répondre plus précisément aux exigences de vos candidats en modifiant vos valeurs. Mais le second choix sera naturellement plus complexe à déployer ?

Le risque majeur d’une stratégie d’adaptation à la demande est de proposer un message aux candidats externes en rupture avec la réalité (ou la perception) en interne.

C’est pour cela que vous devez rechercher à rester dans le cercle vertueux du digital RH :

  • Soyez authentique.
  • Personnalisé, le meilleur moyen de prouver et de prendre un exemple concret.
  • Soyez courageux en acceptant la réalité actuelle.
  • Garder la cohérence avec la marque entreprise.

 


4. Construisez votre argumentaire employeur basé sur la preuve

Vous avez fait le choix de votre positionnement et retenu 2 à 4 valeurs qui vous symbolisent. Il est temps d’en apporter la preuve. Le story telling, oui s’il est fondamentalement vrai et sincère. Vos valeurs ne sont pas des concepts d’entreprise, mais une réalité.

Prenons l’exemple de Engie et sa marque employeur « Engie by people for people ».

En 2016, Engie positionne sa marque employeur sur 3 valeurs :

  • L’évolution de carrière. D’abord avec son ouverture à l’international, marquée par le choix d’une accroche en anglais et les 3 personnages de la photo. Ensuite, Engie renforce cette valeur avec la diversité de son offre et l’indication de 250 métiers possibles.
    En indiquant un nombre précis de jobs différents, Engie apporte la preuve des possibilités de carrière qu’elle offre.
  • Un environnement de travail collaboratif et convivial, représenté par le choix de la photo et renforcé par le texte « l’avenir se construit ensemble ».
    Pour le travail collaboratif, Engie a mis en place le co-working, plus de bureaux individuels, mais des espaces connectés ouverts sans place attitrée.
  • Culture d’entreprise ; l’énergie ! Engie fait un clin d’œil à son cœur de métier « vous êtes l’énergie dont le monde a besoin ».

marque employeur 2017 Engie


5. Réalisez votre plan de communication employeur

Vous possédez vos messages clés, porteur de sens et de valeurs. Cette nouvelle étape peut être réalisée en collaboration avec votre équipe communication ou confiée à une agence spécialisée ou des freelances.

Pour faire simple, il s’agit de choisir les supports de diffusion adaptés à votre cible et de réaliser vos contenus (textes, images, vidéos).
Vous pouvez publier vos contenus sur :

  • votre site dédié à l’emploi (ou un sous-domaine du site de votre entreprise),
  • sur les réseaux sociaux (adaptés à votre cible),
  • sur une plateforme d’offre d’emploi (surveillez la prochaine : Google Hire),
  • dans la presse locale… ha non c’est pas du digital ça !

L’idée est de chercher à connecter chaque support pour une communication omnicanal, plutôt que de communiquer par silo. Rien n’interdit donc de mixer communication on et off line.

Par exemple, Florence Cordier, responsable Marque Employeur et Recrutement disait déjà en 2013 :

« On a beaucoup travaillé sur le 2.0 pour digitaliser tout cela. EDF a un beau site internet, évidemment, sur lequel sont logées toutes nos offres www.edfrecrute.com, en lien avec les médias sociaux (LinkedIn, Viadeo, Twitter, etc.) ; beaucoup de travail se fait également avec l’interne, et c’est là où les choses se rejoignent, avec tout un réseau d’ambassadeurs, qui vont dans les écoles, porter la marque EDF, expliquer comment se passe la vie à EDF, etc. »

Pour le contenu, l’idéal est de mettre un calendrier éditorial en place, particulièrement utile pour coller aux préoccupations de votre cible. Votre expérience en RH vous donnera de très bonnes données pour arbitrer les dates de parution. Peut-être pas très utile d’être visible au mois d’août ?… Quoique vous seriez les seuls.


6. Déployer votre marque employeur

Pour gagner en visibilité, vous allez vous baser sur votre plan de communication externe. Cela constitue le socle de votre contenu plein de véracité et de valeur. Mais vous pouvez compter sur d’autres relais pour diffuser votre marque :

  • l’équipe RH, la direction, l’équipe communication
  • les collaborateurs sont vos meilleurs ambassadeurs,
  • vos partenaires professionnels
  • Publicité en ligne (adwords) ou publicité de vos posts sur les réseaux sociaux,, achat de médias…

Quelques pistes pour impliquer vos équipes internes :

  • Présentez votre projet marque employeur dès la phase 1 en interne.
  • Vous assurez de l’adhésion de la direction (voir le cas ci-dessous de salesforce).
  • Formez vos employés sur le branding (si possible de manière ludique).
  • Encouragez le partage et les témoignages.
  • Assurer la mesure et le suivi de l’engagement interne.

Exemple de Salesforce qui devait embaucher au sein de différentes fonctions, notamment des gestionnaires de comptes et des ingénieurs commerciaux. Kate Israels, la responsable du programme d’acquisition de talents de l’entreprise, a demandé au PDG, Marc Benioff, de rallier l’équipe des ventes dans ce projet.

marque-employeur-ambassadeurs

Email envoyé par le PDG de Salesforce à l’équipe de vente

Les résultats : motivée par cet e-mail de leur PDG, en 24 heures l’équipe des ventes a doublé le nombre de nouvelles publiées sur LinkedIn avec une portée potentielle de 38 000 professionnels de la vente. Au final les recommandations d’employés commerciaux ont grimpé de 60 % en une semaine !

Vous aussi, vous trouverez certainement des employés prêts à participer à cette action et à devenir vos premiers ambassadeurs de votre marque employeur.

 


7. Mesurer la performance de la marque employeur

Comme toute stratégie nouvelle, vous devez mettre en place des indicateurs de performance et les utiliser pour piloter la notoriété de votre marque employeur. Voici les indicateurs très basiques :

  • Nombre de candidatures reçues (brutes, qualifiées)
  • Évolution du turnover
  • Nombre de visites de vos annonces en ligne d’offres d’emploi
  • Abonnement à vos réseaux sociaux employeur
  • Spécifique sur LinkedIn : Talent Brand Index
  • Taux d’implication des collaborateurs (combien d’employés interagissent sur la marque employeur).

Naturellement je vous invite à développer vos propres KPI en corrélation avec vos objectifs et les données que vous pouvez collecter et analyser.

Veiller sur votre e-reputation

Je finirai cet article par l’importance de mettre en place une veille de votre e-reputation et de surveiller le bad-buzz avec la préparation dans votre stratégie de marque employeur, d’une stratégie de gestion de crise.


Back to the future, la marque employeur a 27 ans !

Si le de marque employeur (employer brand) a vu le jour en Angleterre dès 1990, son concepteur  Simon Barrow, président de People in Business attendra 1996 pour la définir comme « l’ensemble des avantages fonctionnels, économiques et psychologiques des emplois que propose une entreprise en tant qu’employeur ».  
En 1998, on doit l’arrivé en France à Didier Pitelet, Président de Moons’Factory, conseil en réputation d’entreprises. Il  qui l’a définit comme « la mise en cohérence de toutes les expressions de l’employeur, internes et externes, au nom de sa performance économique « . La mutation des besoins de compétences et l’arrivée des stratégies innovantes de startup, ont obligé plus récemment, la plupart des entreprises à évoluer et structurer leur employer branding.