Marché des objets connectés 2017 – Domotique

Marché des objets connectés 2017 – Domotique

Marché des objets connectés 2017 – Domotique, l’IOT pour la maison en Europe et les produits disponibles en France par Rodolphe Degandt

L’IOT, l’internet des objets est en pleine exposition. Actuellement, plus de 15 milliards d’objets sont connectés à internet. D’après les analyses de Gartner et l’Idate, cette tendance devrait s’accentuer pour atteindre plus de 50 milliards d’objets en 2020. Il pourrait donc se vendre en 2018 plus de 5 milliards d’objets connectés !

Évidemment, l’IOT est d’abord le marché des smartphones et des objets santé connectés avec les wearables (comme les montres et bracelets connectés). Mais il concerne de plus en plus les équipements de la maison. Ainsi la célèbre Domotique arrive enfin dans nos foyers avec une offre progressivement accessible financièrement et simple à poser et utiliser.

Marché des objets connectés 2017 - Domotique : assistants personnels

Avec plus de 24 millions d’assistants personnels (enceintes connectées) vendus cette année, il va falloir compter sur eux dans les stratégies IOT 2018. Si Amazon Écho (hélas uniquement communiquant en anglais) est actuellement le leader incontesté avec 70 % du marché, Google Home commence à prendre sa part (20 %) et Apple avec son futur HomePod devrait rapidement venir perturber l’ordre établi.
La particularité des smart speakers est qu’ils permettent de commander par la voix les autres objets connectés présents dans le logement. Un facteur clé de réussite pour les constructeurs de l’IOT est donc de développer des produits et des applications de très bonne qualité, mais aussi compatibles non seulement avec les 3 grands systèmes de smartphones (iOS, Android et Windows phone), mais aussi avec les 3 technologies de reconnaissance vocale (Alexa d’Amazon, Siri d’Apple et Google Now.

L’e-santé représente également un marché particulier qui s’intègre dans le logement ou se porte directement sur soi. Je vous proposerai rapidement un article sur ce marché spécifique où les Français sont très présents et innovants.

Marché des objets connectés 2017 – Domotique

Selon une étude présentée par Strategy Analytiics début septembre 2017, réalisée auprès de 6000 propriétaires de logements individuels en Europe, les 5 objets connectés pour la maison les plus désirés par les consommateurs sont :

détecteur de fumée connecté nest protect

Détecteur connecté d’incendie [Nest]

#1 Détecteur de fumée connecté avec alerte incendie

En France ces détecteurs sont obligatoires, mais très rarement connectés.

Le meilleur produit actuel est le Nest Protect 2ène génération à un peu plus de 100 €, En cas d’alerte, ce détecteur de fumée et de monoxyde de carbone connecté vous averti par message vocal dans la maison grâce à son enceinte intégrée et vous envoie unp message sur votre smartphone. Vous pouvez couper à distance l’alarme de sécurité.

Honeywell détecteur fuite eau lyric W1

Détecteur connecté d’inondation [Honeywell]

#2 Détecteur d’inondation connecté et coupure automatique de l’eau

Très peu d’articles permettent cette fonction, 2 détecteurs de fuite connectés sont possibles pour votre maison.

thermostat connecté netatmo avis design emballage

Thermostat connecté [Netatmo]

#3 Thermostats connectés

Si vous êtes un lecteur fidèle de ce blog, vous savez que je considère ce produit comme le plus utile pour réduire votre facture d’énergie et améliorer votre confort. L’offre est maintenant pléthorique et fortement concurrentielle.

Tendance des objets connectés 2017 Philips hue

Ampoules connectées [Philips]

#4 Simulateur de présence et la gestion de la lumière

Envie de créer une ambiance lumineuse ou de simuler votre présence dans une pièce ?

  • Optez pour le kit de démarrage Philips Hue qui comprend une base de connexion 3e génération et des 3 ampoules blanches et couleurs à moins de 200 €. Vous pourrez aussi synchroniser votre éclairage sur la musique jouée avec l’application dédiée. Un des produits les plus compatibles puisqu’ils fonctionnent avec Google Home, HomeKit/HomePod et Amazon Alexa.
Arlo Pro 2 de Netgear test et avis étanche caméra connectée extérieur

Caméra connectée [Netgear]

#5 Systèmes de vidéo surveillance

Là mon choix est simple, mais il faudra attendre la fin de l’année pour l’acheter en France :

  • Avis et descriptif complet du système de télé surveillance connecté sans fil Arlo Pro 2 de Netgear [vendue avec 2 caméras et la base aux USA 479 $, on devrait être autour de 525 € en France].
  • Sinon les produits Netatmo Presence à 289 € [caméra extérieure avec éclairage qui intègre un algorithme pour différencier les humains, les animaux ou les véhicules. Les alertes envoyées par smartphone à l’utilisateur précisent ainsi le profil de l’intrus] complétée avec la Netatmo Welcome à 189 € [caméra de surveillance intérieure avec reconnaissance faciale]

 

 

In image advertising : serait-il le meilleur format de publicité digitale ?

In image advertising : serait-il le meilleur format de publicité digitale ?

In image advertising : nouveau format de publicité intégrée en programmatique dans des images web par Rodolphe Degandt, consultant formateur digital SEA SEO

In image advertising : des publicités dynamiques intégrées dans les photos sur internet

Après la startup israélienne Imonomy, qui a lancé ses solutions In image advertising en France dès avril 2016, voici l’offre de l’espagnol Seedtag advertising toujours pour le marché français.

Immonomy a développé en plus de la technologie In image advertising, un système d’analyse sémantique, pour déterminer le sujet d’un article afin d’y intégrer l’image enrichie d’une publicité la plus pertinente possible. Une bonne idée pour cibler des publicités en fonction du contexte textuel de navigation d’un internaute.

Une idée simple de marketing digital et fortement inspiré du format vidéo. Lorsqu’un internaute déplace sa souris sur une belle image, celle-ci déclenche l’affichage de la publicité dans l’image avec un lien dynamique vers l’offre.

L’image utilisée par le système est classiquement au format .jpg. La technologie permet d’ajouter l’intégration par du code de la publicité dynamique. Ici j’ai réalisé le montage en .gif pour vous donner un exemple du rendu final, en simulant le passage de la souris sur l’image :

  1. la photo normale apparait
  2. un bandeau bas avec le message publicitaire cliquable s’affiche
  3. En cas de clic sur l’incrustation publicitaire vous aller sur la landing page de l’annonceur.

in image advertising exemple

Un autre exemple d’in images ads avec Nocibé dans un post simulé dans le média Top santé. Et de superbes exemples sur la plateforme américaine spécialisée en in image Gumgum (très jolis, mais n’oubliez pas de revenir lire la suite de l’article…)

In-image ads, un format qui a de quoi séduire

  • Pour les annonceurs le in-image advertising est un nouveau format très agréable et créatif, qui permet de cibler en fonction du centre d’intérêt du visiteur. Avec un taux de conversion (ROI) élevé.
  • Pour les éditeurs, un moyen sympathique pour monétiser leurs publications, sans dénaturer leur site et le contenu éditorial. Et cerise sur le gâteau une solution gratuite pour ajouter des visuels dans les articles.
  • Pour les internautes, voilà un format non intrusif, assez esthétique qui ne ralentit pas la vitesse de chargement de la page.

Personnellement, voici un format publicitaire que je trouve très élégant. Il ne bloque pas votre navigation sur le web, permet de garder un beau design sur les pages et donne de l’interactivité aux images. De plus, comme il utilise des images standard au format .jpg il s’adapte à tous les devices (smartphones, tablettes, ordinateurs fixes ou portables). Finalement, je me dis que si je passe ma souris sur une image, c’est souvent pour lire la suite de la page, donc que je suis sur un sujet qui m’intéresse. Évidemment, il faut que l’annonceur soit en lien direct avec le sujet de la photographie.

Le risque de dérive publicitaire de l’in image advertising

Le In-image advertising me rappelle un format publicitaire que j’avais lancé, encore étudiant. Le radio concept consistait à réaliser des paires de spots publicitaires radios qui encadrait une mini émission thématique. L’idée était de proposer aux annonceurs de communiquer avec un « publi » reportage sur leur thématique. Pour la radio, elle gagnait des minutes d’émission sans avoir besoin de dépenser un centime (de franc !) pour la production. Aujourd’hui vous connaissez tous ce principe, très présent en télévision. Vous regardez un mini reportage sur une maison rénovée… il est sponsorisé par une marque de magasin de bricolage.
Mais où veut-il en venir… j’y viens.
Le risque 1 avec l’in-image advertising est de voir fleurir des articles illustrés, conçus par les marques elles-mêmes à seule fin promotionnelle. Hélas, dans ces cas-là, le contenu est souvent dans la soupe sans grand intérêt.

L’in-image advertising pourrait impacter légèrement le référencement naturel (SEO) en fonction ou non du bon balisage des données alt-image et de la méta description. Mes tests montrent la présence de balise alt, mais pas de description.
Dans tous les cas celle-ci sera fixée par l’annonceur et donc peu de rapport avec votre texte, Risque 2 : baisse de SEO !

Vous souhaitez mettre en place une stratégie digitale cohérente mixant SEO, SEA et SMO, profitez des formations en permanence actualisées par un consultant expert.

Une étude privée montre des performances x10 par rapport au display classique

Avec la plateforme Gumgum qui a plus de 400 millions de visiteurs ayant vu une ad image parmi un des 2 000 éditeurs premium de son réseau :

  • Les annonces GumGum obtiennent toujours un taux de visibilité de 81 %
  • Elles offrent un engagement 10 fois meilleur que les options d’affichage traditionnelles

A noter que la technologie de reconnaissance d’images en temps réel développée par GumGum permet aux marques d’identifier et d’activer les annonces visuelles les plus efficaces et de les pousser en priorité en affichage. Une sorte d’A/B intelligent automatisé sur la meilleur option. Les calculs sont faits sur la base de l’engagement (clic sur l’image).

Mon avis sur l’in image advertising

Une belle solution innovante pour vos campagnes publicitaires créatives et non intrusives. Des avantages pour les 3 acteurs d’internet : annonceurs, éditeurs et visiteurs.
Voilà une offre à intégrer dans sa stratégie marketing en complément du traditionnel SEA avec Adwords, les publicités natives, ou in-screen pour faire de la publicité sur internet autrement.

Le prix de l’in image advertising… très très variable suivant la complexité de votre campagne publicitaire, mais au moins vous serez sûr de payer pour de véritables impressions ou clics ultra cible.

Une idée serait de coupler la technologie In image advertising avec l’achat d’espace dans des newsletters. Alors Seedtag ou Imonomy et iVidence à quand une ad-image-in-newsletter ?

 

Augmenter la portée et l’engagement sur sa page Facebook : 5 astuces gagnantes !

Augmenter la portée et l’engagement sur sa page Facebook : 5 astuces gagnantes !

Augmenter la portée et l’engagement sur sa page Facebook, retour sur la stratégie gagnante mise en place par Buffer source

Augmenter la portée et l’engagement sur sa page Facebook :

5 astuces gagnantes, testées par Buffer !

Buffer est une plateforme célèbre qui permet de programmer la diffusion de contenu sur les différents réseaux sociaux. C’est donc le cas d’un spécialiste que je vous propose de découvrir. Et de comprendre comment ils ont réussi, en quelques mois à :

  • Plus que tripler la portée des publications sur Facebook, passant de 44 000 à 150 000 personnes par semaine, Avec plusieurs messages qui ont atteint  plus de 20 000 personnes.
  • Doubler l’engagement quotidien, qui est passé d’une moyenne de  500 à plus de 1, 000.

En octobre de 2016, Buffer a donc décidé de changer sa stratégie de publication sur Facebook. Un changement progressif basé sur une série de tests et de vérifications d’hypothèses.

L’objectif était simple augmenter à la fois la portée des posts sur Facebook et le taux d’engagement. Une ambition que la plupart des entreprises partage, mais dans un contexte ultra concurrentiel. En effet,  toutes les 20 minutes le contenu sur Facebook augmente :

  • 1 million de liens partagés
  • 4.86 millions photos diffusées

 

#1 Impact du nombre quotidien de publications sur Facebook

En théorie, plus il y a de posts sur une page Facebook, plus on peut espérer de vues et donc de réactions (like, partage, commentaire). Mais, comme le disait Mao Tsé-Toung, le fondement de la théorie c’est la pratique. Buffer a donc vérifier cette hypothèse.

Augmenter la portée et l'engagement sur sa page Facebook
Résultat, ce qui s’est réellement passé était tout le contraire de l’effet attendu. Plus il y a de publication journalière, moins forts sont la portée et l’engagement.

Enseignement #1 : Poster 1 à 2 fois par jour, au lieu des 4 posts en moyenne augment la portée et l’engagement.

 

#2 Impact de la qualité des contenus sur Facebook

Puisque Buffer a divisé par 2 le nombre de ses publications, ils ont pu se focaliser sur le type de messages à proposer. L’idée était d’améliorer la qualité dans l’ensemble du processus de création, de rédaction et de planification. Difficile pour eux car ils sont très prolixes avec de très nombreux articles rédigés sur leur blog. En publiant maximum 2 fois par jour, impossible de tout diffuser sur Facebook.

Enseignement #2 : Même si le contenu disponible d’une marque est de qualité, tout ne mérite pas d’être publié sur Facebook.

 

#3 Alors quel type de contenu est efficace sur Facebook ?

L’analyse du contenu des posts de  les plus populaires de Buffer sur Facebook a montré qu’ils étaient divertissant ou éducatif. Dans la catégorie des amusant, on retrouve typiquement les images animés (GIFs) . Le groupe éducatif, comprend quant à lui, les statistiques, les tutoriels, ou les infographies.

Partant de cette découverte, ils ont mixé les deux univers. Une des idées est de réaliser une infographie animée et amusante. Evidemment ces supports plus sophistiqués prennent plus de temps que de mettre un simple lien d’un article publié sur un blog.

 

Augmenter la portée et l'engagement sur sa page Facebook : buffer

source : Bufffer

Résultat d’un post informatif et humoristique :

  • Portée 211 631 personnes
  • Engagement : + 10 000
    • 8 362 likes
    • 281 commentaires
    • 872 partages
    • Plus de 1000 nouveaux « j’aile » de la page Facebook

Enseignement #3 : Le meilleur contenu est un contenu spécifique pour Facebook qui mélange divertissement et information. 

 

#4 Quelle stratégie de curation de contenu sur Facebook ?

Là encore, Buffer a étudié la performance de ses publications en fonction de la source des contenus. Dans l’image ci-dessous, les posts mis en évidence dans un rectangle bleu sont tous les éléments généré par la curation de contenu.

Augmenter la portée et l'engagement sur sa page Facebook : contenu

source : Buffer

Que constatez-vous ? Les publications produites par la curation de contenu sont vues de manière assez proche que celles produites spécifiquement. L’engagement est légèrement plus fort.

Enseignement #4 : La curation de contenu n’augmente pas le nombre de vues mais améliore l’engagement ! 

 

#5 Utiliser les options publicitaires pour booster les posts

Régulièrement lors d’une publication, Facebook propose d’augmenter la portée de vos contenus en ciblant votre audience favorite. Ici Buffer a choisi de conserver sa stratégie et de continuer à dépenser en moyenne 40 $ par jour. Le maintient du même budget promotionnel avec 2 fois moins de contenu démontre là encore qu’un bon sujet est plus efficace.

Enseignement #5 : Ne faire de la publicité Facebook que pour des publications déjà performantes

 

Définitions des différentes portées sur Facebook?

La portée sur le réseau social Facebook correspond au nombre de personnes ayant vu vos publications.

Il existe 3 types de portée:

  1. La portée organique, elle est égale au nombre de personnes qui ont vu votre contenu sur le fil d’actualité, le télex et votre Page Facebook. Aucune action particulière de votre part, pas de promotion, seule la qualité de votre contenu est importante.
  2. La portée virale est le nombre de personnes qui ont vu votre contenu ou votre Page Facebook par l’intermédiaire d’un ami qui aime, commente, partage, mentionne ou écrit sur votre page.
  3. La portée payante est celle obtenue par la publicité Facebook pour promouvoir vos publications ou votre page. Elle est toujours exprimée en nombre de personnes uniques.

Important

  • Comme sur LinkedIn, toutes vos publications ne sont pas systématiquement diffusées  dans le fils d’actualité de tous vos fans. Un algorithme (secret) détermine l’affichage ou non.
  • Pour accéder aux statistiques de votre page Facebook, un nombre minimum de j’aime de la page est nécessaire.
    • savoir comment les personnes interagissent avec votre Page et vos publications : engagement
    • consulter les statistiques sur la performance de votre Page : portée

 

Augmenter la portée et l’engagement sur sa page Facebook fait partie de votre stratégie digitale, vous souhaitez améliorer votre visibilité sur le web, participez à une formation (prise en charge financière) de 1 à 3 jours pour améliorer vos performances sur internet.

Comment diffuser vos articles sur internet [stratégie de contenu]

Comment diffuser vos articles sur internet [stratégie de contenu]

Comment diffuser vos articles sur internet ? Si personne ne voit vos publications, le meilleur contenu du monde ne sert à rien ! Dans votre stratégie de contenu web, n’écrivez pas sur le net pour vous, mais pour vos lecteurs potentiel et faites en sorte qu’ils vous voient.

Voici un guide pour rendre visible vos publications en exploitant les réseaux sociaux, les flux rss, la publicité payantes…

Comment diffuser vos articles sur internet et gagner des lecteurs.

Avant de publiez vos contenus, prenez un instant pour considérer ce qui suit. Les appareils mobiles ont largement perturbé la façon dont nous recherchons et consommons des informations. La plupart d’entre nous possèdent et utilisent les smartphones comme principal moyen de naviguer sur Internet. Donc les choix des canaux de communication devront privilégier les supports compatibles mobiles en 2017.

Mais les efforts visant à atteindre le public de votre marque ne devraient pas se limiter au format portable. Cela vaut la peine d’examiner la segmentation démographique et géographique de vos clients.

Ainsi, vous choisirez vos canaux de communication en fonction de votre audience ou de vos personas marketing.

 

Amplifier la diffusion de votre contenu sur vos propres médias

Diffusez sur tous vos propres médias digitaux

  • Site internet.
  • Blog,
  • Vos pages entreprises sur les réseaux sociaux,
  • Les groupes ou communautés des réseaux sociaux dont vous êtes membres,
  • Listes d’abonnés par courrier électronique.
  • Flux RSS.

Les atouts des médias propriétaires

  • Ils offrent le meilleur niveau de contrôle de son image de marque et de sa stratégie de contenu.
  • Votre entreprise décide quelle publication est à afficher (dans la plupart des cas).
  • Quand afficher vos contenus et combien de temps ?
  • À quelle fréquence publier ?
  • Vous pouvez facilement mesurer sa performance.

Astuces pour amplifier vos diffusions sur vos propres supports digitaux

  • Pour les publications par email et sur les réseaux sociaux, diversifiez les contenus. Éviter surtout un flux composés exclusivement d’offres commerciales.
  • Planifiez la diffusion de vos contenus avec un calendrier d’évènements/articles. Cela permet de contextualiser vos contenus. L’exemple le plus classique, faire une offre promotionnelle lors des soldes ou plus récemment du black Friday.
  • Republiez régulièrement votre contenu, tout particulièrement sur Twitter. Mais cela est aussi pertinent avec des ebooks ou des webinaires.
  • Optimisez votre blog pour la diffusion sociale avec des boutons de partage visibles
  • Mettez un plug-in de publication sociale automatique pour vos nouveaux articles de blog (comme Publicize sur WordPress).

Rendez vos articles accessibles aux lecteurs de flux RSS

Les flux RSS  (Really Simple Syndication) sont une manière automatique de regrouper vos articles sur une page de votre site. L’avantage est de permettre à des internautes de s’abonner à vos contenu via des lecteurs de flux.  Une sorte de newsletter permanente à votre blog. 3 lecteurs de flux RSS :

Vous souhaitez vous abonner à mon flux RSS, ou simplement visualiser son contenu brut, cliquez ici ou ajoutez le lien dans un des lecteurs pour le visualiser.

Comment diffuser vos articles sur internet avec les flux RSS

Netvibes lecteur de flux RSS


Publiez gratuitement vos articles sur les réseaux sociaux

Les plateformes sociales

Une fois que vous avez diffusé vos informations sur vos réseaux sociaux, votre blog, votre site, et vos listes d’emailing. Vous pouvez amplifier la propagation en ajoutant vos contenus sur certaines plateformes sociales gratuites :

  • Slideshare (de LinkedIn).
  • Feed – Pulse (aussi de LinkedIn).
  • Participer aux forums  de votre thématique.
  • Les commentaires dans des articles connexes.

Les influenceurs

Vos employés

Favorisez l’implication de vos employés dans la promotion de vos contenus. La première étape est de former vos employés à partager efficacement un message sur les réseaux sociaux. La méthode que je préconise est d’aller au-delà, en les invitant à créer eux-mêmes des contenus à partager.

Astuce : ajoutez votre dernier article en signature d’email.

Vos clients-ambassadeurs

Ici, il s’agit d’une catégorie d’influenceurs, la plus belle. Celle de vos clients en résonance avec votre marque. Pour aller plus loin, je vous invite à lire cet article pour mettre en place votre réseau d’influenceurs :

Influenceurs pourquoi et comment les séduire ?


Comment diffuser vos articles avec les solutions payantes

L’intérêt principal réside dans la rapidité et la simplicité de ces solutions payantes pour diffuser vos informations sur internet. En plus vous aurez la possibilité de cibler assez précisément votre audience.

Les Relations Presse on et off Line

Un peu en dehors du digital, les Relations Presse. Vous avez une actualité à diffuser, des agences spécialisées peuvent très bien communiquer sur leurs propres supports, dont un certain nombre de sites web d’information. Le ROI est assez faible puisque vous payez pour voir.

Votre réseau d’influenceurs

Éléments clés de votre visibilité, mais aussi de votre e-réputation, les influenceurs sont à chouchouter dans votre stratégie de marketing de contenu. Je classe volontairement cette source de diffusion en payante, car cette action réalisée correctement engendre des dépenses (en plus des RH interne).

La publicité sur les réseaux sociaux

L’utilisation de médias payants sur internet permet d’amplifier la diffusion de vos contenus sur les réseaux sociaux. Plusieurs possibilités à utiliser en fonction du choix de vos réseaux sociaux :

  • Facebook Adverts, le patron incontesté dans l’amplification sociale de contenu sur les réseaux sociaux. Adapté à tous les budgets et permettant un ciblage adapté grâce au nombre d’utilisateurs. Vous pourrez diffuser une photo, une vidéo, un carousel ou un diaporama. La plateforme Ads manager est plutôt un modèle du genre pour préparer vos campagnes publicitaires Facebook.
Comment diffuser vos articles sur internet Facebook Ads

Interface Facebook Ads

  • Twitter ads, la régie publicitaire lancée depuis juillet 2014 a développé une solution spécifique pour faire la promotion de vos tweets grâce à Quick Promote.
  • Diffuser vos articles dans le flux d’actualité de LinkedIn avec Sponsored Updates et Direct Sponsored Content. Idéal pour vos sujets autour de votre marque employeur.
  • Pinterest possède aussi son option business pour sponsoriser vos épingles. Le même type d’offre existe sur Instagram.
  • Vu la situation financière de Viadéo, je ne vous conseillerai pas de vous y positionner.
  • À surveiller la nouvelle plateforme d’emploi Google Hire.

Google Hire la nouvelle plateforme d’offres d’emploi de Google

Les régies publicitaires « traditionnelles »

Dernière option pour diffuser vos contenus, les faire connaître via des publicités traditionnelles. Cette solution est, pour moi, moins adaptée à l’objectif initial, car il va nécessiter de recréer des contenus publicitaires. Il ne s’agit plus tout à fait de valoriser celui que vous possédez déjà.

Les régies publicitaires peuvent également vous proposer des espaces pour relayer votre communication. Bonne nouvelle, par rapport aux traditionnelles annonces presses, les budgets pourront être à la performance (CPM ou CPC).

  • Google Adwords, vous achetez vos mots-clés.
  • TF1 publicité avec ses 17 supports, dont My TF1, Bouygues, LCI…
  • Figaro Médias : des offres ciblées sur Madame Figaro, Le Figaro, Figaroscope et l’alliance digitale (Le Figaro, Le Monde, L’Express et L’Obs).
  • Lagardère Publicité : des offres en fonction de sa cible (famille, homme, femme, jeunes adultes, grand public), des supports (Télé 7 jours, Télé 7 jeux, Virgin radio, Gulli, télé magazine, Version Feminina).
  • Hi-Media.
  • CCM Benchmark.
  • Orange Advertising.

 

Comment diffuser vos articles avec la formation netlinking et SEO

Pour aller plus loin découvrez la formation SEO avec le netlinking et la diffusion de contenu.

Position 0 Google : comment y positionner votre site ?

Position 0 Google : comment y positionner votre site ?

Position 0 Google, un an après son lancement en France, le point sur les astuces et techniques pour placer ses pages web au meilleur endroit sur le moteur de recherche Google, par Rodolphe Degandt, formateur SEO et consultant en transformation digitale. Mise à jour 20 septembre 2017

Position 0 Google : 3 astuces pour y arriver

Lancés, il y a maintenant un an, il est temps de faire un point sur les extraits optimisés de Google.
Ces featured snippets ou blocs réponses (answer box) qui apparaissent parfois tout en haut des résultats de recherche (SERP) sont actuellement très convoités par les spécialistes du référencement naturel. Cette fameuse position 0 Google est le moyen de faire exploser le nombre de visites sur votre site. Un extrait optimisé génère un taux de clic (CTR) 4 fois supérieur à un résultat classique affiché en première page.

 

Il existe deux types d’extraits optimisés

  • La « one box » est la réponse proposée par Google à partir de ses données et celles de ses partenaires. Par exemple, Google offre ce type de résultat pour la météo (weather.com), la conversion d’une monnaie (Citibank) ou les films à l’affiche. Mais ici, seules les entreprises en relation commerciale avec Google peuvent apparaître en position 0.
  • Le « featured snippet » est celui que nous ciblons dans cet article. Il présente un résumé d’une page web qui répond à une question d’un internaute. Évidemment, un lien est proposé vers le contenu complet, avec le titre et l’URL du site.

position 0 google extraits optimisés

 

On sait déjà comment ne jamais être en position 0 Google

Cependant, Google ne donne aucune consigne aux équipes web marketing pour adapter une URL aux featured snippets. La seule indication du support Google aux webmasters est tout à l’opposé. Google explique comment empêcher une page de s’afficher en position 0. Croyez-moi, ce code doit en être à zéro utilisation dans le monde !

Donc, si vous souhaitez devenir le premier référenceur à l’exploiter, voici la balise HTML à intégrer : <meta name= »googlebot » content= »nosnippet »>.

Vous pouvez en complément, lire l’article sur comment créer des titres et des extraits de qualité proposé par l’équipe du centre d’aide de la Search Console de Google. Et, sur le même lien voir la vidéo de Matt Cutts sur le sujet.

On connait aussi 3 critères favorables à la position 0 Google

Aujourd’hui, nous savons que 3 critères au moins sont pris en compte pour avoir une chance d’atterrir en position 0 Google :

  1. Avoir un site sécurisé en HTTPS
  2. Posséder une forte notoriété avec un nombre important de backlinks de qualité
  3. Proposer des contenus bien rédigés et bien optimisés sur un mot-clé (pas de dupplicate content)
  4. Eh oui, il y a bien 3 critères, le 4e est une remarque :  Les textes longs (plus de 1000 mots) ne sont pas forcément ceux qui ressortent dans les blocs réponses de la position 0 Google.

 

Mais voici 4 astuces pour vous placer en position 0

Astuce #1 : Répondez à une question qui existe !

La première chose que vous devez faire est de déterminer les mots-clés qui sont susceptibles de générer des extraits optimisés dans votre domaine d’activité. Quelles sont les interrogations des internautes ? Quels mots écrivent-ils pour faire leur demande sur Google Chrome ou Firefox ?

position 0 google répondre à une question

2 outils SEO gratuits pour trouver les bonnes questions sur les moteurs de recherche, fournis par Google lui-même :
  1. Google Trends sert à découvrir l’évolution dans le temps (et par pays) d’une recherche
  2. Outil de planification Adwords pour obtenir des variantes des recherches et leurs volumes.
  3. Vous pouvez également lire cet article dédié au choix des mots-clés

À noter que 15 % des recherches faites chaque mois, sont de nouvelles questions. Restez donc vigilant sur des thèmes émergents, où en plus, la concurrence sera plus faible.

Vous avez maintenant la bonne question à laquelle vous devez répondre, parfait ! Réalisez une page dédiée à ce sujet. Puis, optimisez votre contenu avec les 3 astuces suivantes.


Astuce #2 : Structurez votre page

Il y a quelques types de contenu que nous voir extrait plus fréquemment hors de nos pages pour remplir les cases de réponse.

Les 5 éléments pour structurer une page web 
  1. Titres (avec les balises méta title : H1, H2, H3, H4…)
  2. Paragraphes de texte
  3. Listes numérotés (ol/li)
  4. Listes à puces (ul/li)
  5. Tableaux de données (table)
  6. Une image qui sera indexable sur Google Image (balise Alt image)

Comme vous pouvez le constater, les listes numérotées ou à puces, ainsi que les paragraphes courts, sont fréquentes dans les boîtes de réponse affichées par Google. Pour l’optimisation des listes, vous aurez tout intérêt une balise titre au-dessus de la liste en reprenant l’intitulé de la question. De cette façon, Google sait exactement ce que contient la liste.

Google aime aussi les tableaux de données. En effet, les tables sont très faciles à comprendre par les robots d’indexation de Google. Alors, pensez à en intégrer en utilisant vos contenus existants. Wikipedia utilise fréquemment cette technique.

Bonus : Si vous êtes sous WordPress, vous avez certainement installé l’extension Yoast SEO. Dans ce cas, l’indicateur lisibilité sera un très bon indice pour votre qualité de structure.

Une page bien balisée est comprise et traduite en extrait optimisé

Un aspect plus surprenant est que Google est en train de générer automatiquement des présentations sous forme de liste lorsque le contenu de la page est bien structuré. Un exemple aux États-Unis, d’un extrait optimisé généré grâce aux balises H2 (titre)  dans une série de blocs.

Postion 0 google génération automatique de l'extrait optimisé

Comme vous pouvez le voir, il n’y a effectivement aucune liste présente dans la page d’origine.

 


Astuce #3 : Ne dites pas tout dans votre résumé

Comme le dit un vieil adage, pourquoi acheter la vache quand on peut avoir le lait gratuitement ? Il en va de même avec vos featured snippets. Si vous donnez la solution complète dans la boîte de réponse, vous n’allez pas générer de visite sur votre site.

Voici un exemple sur la recherche « Comment se laver les mains ? »
Dans ce cas, plus besoin de cliquer sur le lien, car le résumé affiché est complet.

position 0 google comment y arriver

Pour contourner cet aspect, il faut essayer d’ajouter une étape complémentaire comme « astuces » « infos utiles ». Une liste de 8 points est un des maximums constatés. Donc vous devrez faire des listes un peu plus longues pour obliger Google à proposer le petit mot « plus ». Ce simple mot devrait inciter l’internaute à cliquer pour découvrir le contenu complet que vous avez rédigé pour lui.

Position 0 Google utiliser des listes numérotées

 


Astuce #4 : Utilisez Google Search Console

Si cet outil gratuit proposé par Google est souvent incomplet ou en retard au niveau des informations qu’il indique, il reste très utile en SEO. Cela dit, il existe une fonctionnalité très efficace. La demande d’indexation d’une page (crawler). Il s’avère que le bouton « demande d’indexation » permet de mettre à jour l’index de la page par Google. L’analyse se fait quasi instantanément…

Pour réaliser une demande d’indexation à Google :
  1.  Connectez-vous à la Search Console,
  2. Dans le menu de gauche, choisissez « Exploration »
  3. Cliquez sur « Explorez comme Google »
  4. Indiquez l’URL de la page à indexer
  5. Cliquez sur le bouton rouge « Explorer »
  6. Attendez que le traitement soit terminé (quelques secondes)
  7. Puis cliquez sur « Demander une indexation »
  8. Google affiche sur la ligne « Terminé »
  9. Il ne vous reste plus qu’à vérifier le résultat

Je sais que vous pourriez être sceptique avec cette méthode ultra simple. Alors, le mieux est de la tester, elle ne vous prendra qu’une minute et vous pourrez juger par vous-mêmes.

Pour vérifier l’efficacité, vous pouvez dans Google utiliser cette requête « site:url de votre page ».

  • Si Google affiche le résultat, votre page est bien indexée. Maintenant lui seul va décider si votre URL mérite de venir en position 0 Google en extrait optimisé :

Position 0 Google extrait optimisé indexation réussie

  • Si la page n’est pas indexée, vous aurez ce résultat :

position 0 google commencer par indexer sa page


Conclusion sur les extraits optimisés Google

Les blocs de réponses sont une nouvelle étape pour le référencement naturel. Tous les professionnels du SEO sont en quête du Graal de la position 0 dans les résultats affichés par le moteur Google. À la clé, la plus forte visibilité de votre site internet, une augmentation du traffic sur vos pages web et un meilleur taux de conversion.

Toutefois, les featured snippets sont encore récents et Google n’a certainement pas terminé son algorithme maison. Aussi je vous invite à tester ces 4 astuces, surtout si votre site a déjà les 3 critères de base, pour devenir un chevalier SEO ! Vu le sujet de mon article, je ne suis pas certain d’arriver à me placer en première position ou en position 0… à suivre !

La position 0 c’est possible, ci-dessous, la copie de ma position 0 pour ma page « formation SEO 2017 » .
Mise à jour 20 septembre 2017 : après ce petit plaisir début septembre… il n’y a plus de position 0 proposée par Google sur cette requête :(.
Leçon : comme pour toute position sur les résultats de recherche, la position 0 n’est pas acquise… particularité, même si personne prend la place.

position 0 Google formation SEO 2017

N’hésitez pas à commenter cet article avec vos retours d’expérience, ou vos propres pratiques et découvertes.

 

Emailing la check-list avant l’envoi de votre campagne

Emailing la check-list avant l’envoi de votre campagne

Emailing la check-list avant d’envoyer votre campagne par Rodolphe Degandt Mise à jour: 14 novembre 2017

Emailing la check-list avant d’envoyer votre campagne

Vous pourriez penser que votre campagne d’emailing est prête à partir. Mais comment vous assurez que vous n’avez rien oublié ? Voici 20 points de contrôle avant de lancer votre opération.

01 | Votre entreprise ou votre marque est-elle reconnaissable dans l’adresse d’expéditeur ? Choisissez un nom qui vous identifie clairement.

02 | L’objet de votre email est-il en rapport avec votre contenu ? Ne trompez vos destinataires, vous aurez un fort taux d’ouverture avec un titre racoleur… mais aussi une hausse massive des désinscriptions. Vous perdrez la confiance de vos lecteurs, clients ou prospects. Pour rédiger le meilleur sujet de votre message électronique, consultez cet article.

03 | Vous avez un bon objet, accrochez le regard avec un titre captivant et visible. Il apparaitra avant que les images ou le reste du texte se chargent. Certaines messageries n’affichent pas les images. Le titre est donc capital.

04 | Optimisez vos images. Toutes vos images ont-elles des balises alt ?  Les balises <Alt> apparaissent lorsque les images ne s’affichent pas. Ceci est utile lorsque les clients de messagerie ne téléchargent pas les images par défaut. Choisissez des mots et expressions représentatifs pour valoriser vos images.

05 | Existe-t-il un lien de version en ligne sur internet de votre email ? Avez-vous ajouté le lien « voir cet email dans votre navigateur » ? En effet, certains clients de messagerie vont dégrader votre message, un moyen de le rendre accessible, surtout si vous avez séduit avec votre sujet. Offrir un lien de la version Web garantit que vos destinataires pourront afficher l’intégralité du message. Autre avantage, pour une newsletter, ces versions en ligne peuvent vous servir d’archive consultable.

06 | Existe-t-il un lien de version mobile ou une version texte complète ? Certains smartphones n’affichent pas le code HTML. Ainsi, le remplacement de votre joli message en un simple texte assure que tous vos messages seront lus.

07 | Vous faites un email commercial : avez-vous donné des informations claires sur les prix ou les réductions accordées ? Assurez-vous que le prix, les réductions et les offres sont clairement décrits et affichés dans votre courrier électronique. Pensez à ajouter un déclencheur d’urgence :

  • Offre limitée aux 200 premiers clients.
  • Reste plus que 120 produits en stock.
  • Valable jusqu’au 2 juin…

08 | Avez-vous inclus le logo de votre entreprise ? Un moyen simple d’identifier votre marque et d’améliorer la notoriété de votre entreprise.

09 | Avez-vous placé en évidence votre CTA ? Votre bouton d’action, celui qui doit générer un clic de conversion vers votre site ou votre blog. Donnez aux gens l’opportunité de s’engager avec votre marque et d’offrir des liens vers un article, une offre, un produit, un document…

10 | Votre orthographe et votre grammaire sont-elles correctes ? Une mauvaise grammaire et une orthographe incorrecte pourraient désengager votre public. Des fautes, même de frappe représentent un risque de perte d’image et de notoriété. Un email de mauvaise qualité serait-il les prémices d’un service de mauvaise qualité ? Attention à ne pas être confondu avec des emails de fishing, les spécialistes des fautes en tout genre.

12 | Les images sont-elles facilement téléchargées ? Le poids des fichiers images doit être réduit au maximum tout en conservant une qualité maximale. Les visuels ont beaucoup plus d’impact que les textes quand ils s’affichent.

13 | Avez-vous vérifié les liens ? Fonctionnent-ils tous ? Avez-vous mis en place des indicateurs de suivi pour suivre le taux d’ouverture et les liens cliqués ?

14 | Le nom de votre entreprise, votre numéro de téléphone et votre adresse email sont-ils inclus ? C’est à la fois une obligation légale et un moyen simple d’être contacté.

15 | Un lien de désabonnement est-il bien présent ? C’est obligatoire en France. Ce lien permet-il bien de se désabonner simplement ? Vous pensez passer au travers… vous irez directement en spam, si vous passez le destinataire vous mettra en courrier indésirable volontaire ou pire il vous déclarera en spam. Vos prochaines campagnes supporteront des pénalités.

16 | Avez-vous effectué un test d’envoi de votre courrier ? Vérifiez que le message arrive bien en boîte de réception et qu’il s’affiche correctement (les images, les polices et l’alignement sont tous corrects).

17 | Avez-vous testé votre email en affichage sur smartphone ? Il existe de nombreux types d’écrans et deux principaux systèmes d’exploitation. Testez au moins votre email sur un iPhone et un mobile sous Android. Là encore, vérifiez que le sujet le titre le message et les images s’affichent correctement. Et vérifiez encore que les liens fonctionnent aussi sur mobile.

18 | Par sécurité, faites vérifier votre email par une autre personne. Envoyez une version d’essai à un collègue. Profitez-en pour lui demander de l’ouvrir sur son portable et son ordinateur.

19 | Vous pouvez utiliser un outil en ligne de test antispam gratuit. Certes en anglais, mais plutôt simple. Vous envoyez votre email à l’adresse indiquée, vous patientez quelques secondes et vous avez le résultat en direct.

20 | Dernière action dans les contrôles avant d’envoyer votre campagne d’emailing : vérifiez les adresses email de vos destinataires. Si vous êtes en B2C, normalement les emails ont été validés par le système de double Optim. En B2B, vous avez peut-être acheté une base. Dans les 2 cas, assurez-vous de la validité des adresses. Le hard bounce va dégrader la délivrabilité de votre campagne.

  • Un des outils de référence est Email Verifer, service payant tarif dégressif à partir de 10 $ pour 1000 adresses. Vous pouvez l’essayer gratuitement sur 100 emails.
  • Un autre service prometteur, moitié moins cher est Nojunk. Petit défaut il ne sait pas (encore) traiter les adresses en @hotmail et @yahoo. Mais c’est une solution française, petit coucou à Stéphane Crivisier le CEO (membre de la communauté growthhacking.fr).
  • Positionné entre les deux, Datavalidation, pour moi le meilleur rapport qualité prix.

 

Conclusion sur l’emailing la check-list complète

Tout est bon ! Avez-vous choisi le meilleur moment pour envoyer votre campagne d’emailing. Vous ne le savez pas !

Consultez les conseils et statistiques des campagnes d’emailing pour vous aider :

Emailing le meilleur moment pour envoyer sa campagne ou newsletter